C'est le nom que l'on donne, au moment de sa création, à l'école maternelle. Celle-ci figure, avec le Comice Agricole et l'entretien des routes, parmi les trois réalisations principales de Louis Nicolas Guislain Wallart, maire d'Auxi de 1830 à 1840.

Il reçoit la lettre suivante du sous-préfet de Saint-Pol le 12 mai 1835:

"Monsieur le Maire,

J'ai l'honneur de vous transmettre un mandat de la somme de 600 francs délivré par M. le Préfet, à titre de subvention à la commune d'Auxi-le-Château, pour concourir aux frais d'établissement d'une salle d'asile de l'enfance.

Cette somme sera versée dans la caisse municipale et il sera justifié de son emploi dans le compte du receveur.

Cette subvention sera pour vous, Monsieur le Maire, un nouveau moyen de donner à l'établissement fondé par vos soins, toute l'extention dont il est susceptible.

Je vous prie de m'accuser réception de ce mandat.

Agréez, Monsieur le Maire, l'expression de ma considération distinguée."

On peut se demander à quoi correspond cette somme de 600 francs en 1835.

Au budget de 1832, le traitement annuel des deux garde-champêtres s'est élevé à 700 francs. Le traitement de l'instituteur primaire s'est élevé à 700 francs. Les droits annuels perçus sur les marchés et foires se sont élevés à 405 francs.

L'éclairage de la ville a coûté 500 francs, l'entretien des écoles s'est élevé à 200 francs.

 

Pour écrire cet article, j'ai consulté les archives communales d'Auxi; je remercie celles et ceux qui ont permis et facilité l'accès à ces archives.

Régis Renoncourt.

Retour à l'accueil