"La Voix du Nord" du mercredi 8 septembre 1971 relate les funérailles d'Henri Carpon:

"Les funérailles de M. Henri Carpon dont nous avons annoncé le décès dans nos précédentes éditions se sont déroulées mercredi après-midi, en présence d'une foule considérable. Ancien adjoint au maire, chef honoraire de la fanfare, ancien combattant 1914-18, le défunt jouissait à plus d'un titre de l'estime d'une bonne partie de la population.

Les funérailles civiles débutèrent à 15 heures, en présence de nombreuses personnalités locales parmi lesquelles M. le docteur Etienne Devulder, conseiller général; MM. Thélu, maire d'Auxi; Marmin, président de la fanfare municipale; les adjoints au maire et membres du conseil municipal; de nombreux dirigeants de sociétés locales. La fanfare était évidemment présente au complet et assura la participation musicale à la cérémonie funèbre.

Tout au long du cortège qui se rendit de la maison mortuaire au cimetière, on put également remarquer la présence de diverses personnalités du secteur, M. Picot, maire-adjoint de saint-Pol; M. Desmet, de Frévent; divers représentants d'associations musicales et de municipalités; des délégations de vétérans de la fanfare et d'anciens combattants accompagnaient la bannière de la société de musique et le drapeau des anciens combattants de 1914-18. A citer encore, la présence de représentants des milieux administratif, agricole et commerciaux.

Au nouveau cimetière d'Auxi, où eut lieu l'inhumation, plusieurs éloges funèbres devaient être prononcés.

M. Arnaud, adjoint au maire, exprima des adieux émus à la dépouille mortelle de celui qui avait été son ami. Il insista sur le grand vide laissé par cette disparition.

M. Marmin, président de la société de musique, rappela que c'est grâce à des hommes comme M. Carpon que se perpétuent les sociétés et l'amitié entre les hommes. Il évoqua la longue carrière musicale du défunt.

Enfin, M. Thélu, maire d'Auxi, élu au conseil municipal en mêlme temps que M. Carpon, en 1945, évoqua la bonté et l'esprit civique de son ancien collègue, ses débuts modestes et difficiles dans la vie, sa générosité et son dévouement au service de la collectivité."

Il faut noter que Henri Carpon fut un militant du parti communiste français ce qui ne transparaît pas dans les divers éloges qui lui sont adressés. Aux élections municipales de 1953, il conduit une liste du parti communiste et il est le seul élu de cette liste ce qui démontre sa poularité (les élections sont alors nominatives et non de listes).

 

Pour écrire cet article, j'ai consulté un document aimablment prêté par madame Gina Candillon.

Régis Renoncourt.

Retour à l'accueil