1976 restera dans les annales l'année de la sécheresse; comme l'imagination des pouvoirs publics en ce domaine est très fertile, on a même inventé cette année-là un "impôt sécheresse".

Dans le numéro du 24 juillet 1976 de "l'Abeille de la Ternoise" figure ce communiqué:

"Les Auxilois sont invités à économiser l'eau en la réservant essentiellement aux usages domestiques et d'hygiène et en renonçant notamment à l'arrosage des jardins d'agrément mais non des potagers (c'est l'époque "où on fait bâtir" et où l'on ménage tout au moins dans une partie de sa propriété "un coin pelouse" où l'on se reposera) et au lavage des voitures (celles-ci aussi se démocratisent).

 

Pour écrire cet article, j'ai consulté les archives du cercle historique.

Régis Renoncourt.

Retour à l'accueil