Elles sont votées en séance du conseil municipal et rapportées par le numéro du 23 juin 2005 de "l'Abeille de la Ternoise":

  • l'Auxiloise : 6 650 euros.
  • le Véloce-Club auxilois : 1 275 euros.
  • le tennis-club auxilois : 1 075 euros.
  • le tennis de table : 1 075 euros.
  • l'Amicale laïque athlétisme : 1 050 euros.
  • Comice agricole : 1 000 euros.
  • Syndicat d'initiative : 970 euros.
  • judo-club : 700 euros.
  • club des aînés : 550 euros.
  • cyclo randonneurs auxilois : 500 euros.
  • la truite auxiloise : 500 euros.
  • anciens combattants : 400 euros.
  • donneurs de sang : 385 euros.
  • cercle historique : 300 euros.
  • association des varennes : 220 euros.
  • la Rapide auxiloise: 200 euros.
  • DIVA : 200 euros.
  • les Opalines : 170 euros.
  • carabiniers auxilois : 120 euros.
  • auto-club Canche-Authie : 90 euros.
  • javelot-club : 90 euros.

Cette séance, qui promettait d'être courte, est animée, comme le rapporte "l'Abeille de la Ternoise", par un débat autour de la subvention au centre de musique anciennne.

Ce débat a lieu au sein de la majorité municipale, forte de 18 conseillers municipaux sur 23 et dirigée par Henri Dejonghe depuis 2001. Toutefois, il faut noter que le Centre de musique ancienne a été crée au cours de la municipalité précédente dirigée par Jean-Pierre Déalle-Facquez.

Un intervenant s'interroge sur la nécessité de verser 4 500 euros plus une aide exceptionnelle de 2 287 euros au centre de musique ancienne. Cette somme, fait-il remarquer représente 50% du total des subventions aux associations culturelles et de loisirs et 25 % de l'enveloppe globale des subventions versées par la commune. Ceci pour une structure qui ne semble pas avoir, selon lui, un grand rayonnement sur la ville et sur son économie et ne fait pas beaucoup "parler d'Auxi".

Le maire précise que cette association compte 26 personnes et si elle n'a pas le rayonnement qu'elle devrait avoir au niveau local, elle porte une belle image au niveau régional; il indique que les retombées pour la ville ne sont pas chiffrables mais il faut savoir si l'on poursuit encore l'aide apportée à cette structure utile en matière culturelle.

Un vote a donc lieu: la subvention est accordée mais deux élus sont contre et trois s'abstiennent.

 

Pour écrire cet article, j'ai consulté les archives du cercle historique.

Régis Renoncourt.

Retour à l'accueil