Sous l'Ancien Régime, le ménager est celui qui possède quelques terres qui ne lui permettent cependant pas de vivre. Il doit donc louer ses bras, en particulier quand les travaux des champs exigent de la main-d'oeuvre.

Adrien Treuet l'aîné, ménager, sachant tout juste signer, fait son testament, le 16 juin 1706.

Il désire être enterré dans le cimetière d'Auxi.

Son fils aîné, Adrien Treuet, a épousé Marguerite Turbet et ils ont eu 8 enfants : Antoine, Adrien, Charles, Joseph, Marguerite, Marie-Anne, Marie- Jeanne, Marie-Françoise et Barbe.

Ce sont ces 8 petits-enfants qu'Adrien Treuet fait légataires universels des meubles et autres effets réputés tels qu'il possède. A ce titre, ils paieront ses dettes, obsèques et funérailles.

Quant à Adrien Treuet et à son épouse, ils auront l'usufruit de ces biens ce qui les aidera à élever leurs enfants, les nourrir et alimenter jusqu'à ce qu'ils aient atteint "l'âge compétent", c'est-à-dire, en principe, leur majorité.

Si certains viennent à mourir en état de minorité, les autres se partageront leur part.

Quant aux deux autres fils, Adrien (il arrive que deux frères aient le même prénom; leur 2ème prénom ou leur surnom les différencie) et Henry, ils sont priés de se contenter de leur partement de mariage qu'ils ont reçu au moment de la signature de ce contrat de mariage.

 

Pour situer les choses dans le temps, précisons qu'en 1706, le "vieux" roi Louis XIV a 68 ans; il régnera encore 9 ans jusqu'à sa mort en 1715.

 

Pour écrire cet article, j'ai consulté la série 4E des archives départementales du Pas-de-Calais à Dainville.

Régis Renoncourt.

 

Retour à l'accueil