Le 22 décembre 1698, est signé le contrat de mariage entre Jean-François Deray, de Hautmainil, et Marie-Catherine Defurne, aussi de Hautmainil.

Le marié est fils à marier (célibataire) de défunts Antoine Deray et Louise Bézu. Il est assisté de :

  • Jean Deray, oncle, lieutenant de Vaulx
  • Charles, François, Daniel Bézu, oncles du côté maternel, demeurant à Hautmainil
  • Jacques Crochart, beau-frère, mari de Marguerite Deray, peigneur de laine au Bromel.

La mariée, encore mineure, est présentée par ses parents, Jean Defurne, lieutenant de Hautmainil, et Marie Vin. Elle est assistée de :

  • Jean-Baptiste Defurne, frère aîné
  • Philippe Justice, oncle par alliance, de Hautmainil
  • Louis Boidin, cousin par alliance, également de Hautmainil.

Le marié apporte :

  • de ses parents, un manoir amasé de maison sur 7 quartiers (7 330 m2) à Hautmainil
  • la moitié de 9 mesures (3ha 78) à l'encontre de Jacques Deray, son frère cadet.
  • il lui reviendra quelque somme du bien qu'il avait au pays de Vimeux.

La mariée apporte :

  • de ses parents, en avancement d'hoirie, deux mesures de terre (5 400 m2) à Haravesnes
  • les avesties en blé vert sur 2 mesures.
  • les parents s'obligent à labourer en toutes royes et ensemencer de blé 2 mesures de terre et ensemencer les 2 autres en mars.
  • une vache à choisir
  • 20 boisseaux de blé
  • un pot à feu, un chaudron, 3 pierres de lin, une crémaillère, un lit, 2 paires de draps de lit, une cuvette, un minchoir, un cochon, une seille
  • un cotillon au jour de son mariage.

 

Pour écrire cet article, j'ai consulté la série 4E des archives départementales du Pas-de-Calais à Dainville.

Régis Renoncourt.

Retour à l'accueil